Benoît Hamon : un vote trompe-la-mort

100x94 ensemble rvDepuis 2012, c’est l’antienne dans certaines composantes de la gauche radicale : le Parti socialiste vacille, vit ses derniers jours et va mourir. Dès la fin 2012 – alors que l’impopularité de François Hollande est déjà patente – l’idée de la « Pasokisation » du PS est pour certains incontestable. Le PS est effectivement dans un état de faiblesse extrême, mais ce n’est pas la première fois de son histoire, ni la dernière.

L’extinction de la vieille SFIO a été suivie dans la foulée de la reconstitution d’un courant réformiste modernisé et radicalisé lors du congrès d’Épinay en 1971. Dans la décennie qui a suivi, le PS est devenu hégémonique à gauche. Les élections législatives de 1993 ont été une déroute pour le PS qui n’a conservé qu’un groupe de 57 député-e-s. Deux ans après, Lionel Jospin formait le gouvernement de la gauche plurielle.

Lire la suite sur le site national d'Ensemble:https://www.ensemble-fdg.org/content/benoit-hamon-un-vote-trompe-la-mort

 

présidentielles

Ajouter un commentaire