1- Refonder la démocratie, concevoir autrement le rôle des élus. Pour nous la question de la démocratie est essentielle.

La politique subit un fort discrédit comme en témoigne l’abstention massive qui s’établit en particulier dans les milieux populaires et la jeunesse. Ce constat percute fortement la légitimité de ceux qui ne sont souvent élus que par une faible part de l'ensemble de l'électorat . En effet la démocratie représentative apparaît comme séparée de la société : en cause les politiques continues d’austérité, les promesses d’amélioration de la vie de toutes et tous non tenues, les politiques menées en opposition complète avec ce qui avait été annoncé ou promis, les élus qui s’affranchissent du mandat qui a permis leur élection.

En conséquence nous pensons que les élus doivent débattre avec les citoyens pendant leur mandature qui ne peut être comme trop souvent un « chèque en blanc » sans contrôle démocratique.

Cette crise de la démocratie se rajoute à la crise économique, sociale et écologique que nous subissons.

La représentation politique des classes dirigeantes se satisfait de cet état de fait et œuvre dans le sens d’un effacement de cette démocratie représentative au profit de « la gouvernance » car elle éloigne encore plus le peuple des décisions. Ainsi la réforme territoriale donne la priorité aux métropoles et éloigne encore plus les citoyens des décisions et met en concurrence territoires, villes et citoyens .

A l’éloignement programmé des citoyens des centres de décisions, à la centralisation accrue des pouvoirs entre les mains de professionnels de la politique et des experts de toutes sortes, nous opposons une citoyenneté active

Car c’est exactement l’inverse que nous voulons par l’intervention citoyenne et nous proposons :

  • La tenue de conférences citoyennes qui associeront élu-e-s , organisations syndicales, associations et citoyens et qui seront régulièrement organisées pour élaborer ensemble des projets et débattre des orientations budgétaires

  • La mise en place d' assemblées citoyennes par département qui auront pour tâche d'évaluer les politiques régionales. Elles se réuniront 4 fois par an.

  • La mise en place d’assemblées citoyennes par Pays avec budget participatif: nous proposons de réunir des assemblées citoyennes dans chacun des 21 Pays de la Région-Bretagne, d’y instaurer une gestion participative à hauteur de 10% du budget de la Région.

  • La création d'un droit d’initiative citoyenne : 1% des citoyens pourront saisir le conseil régional concernant une question les préoccupant.

  • La mise en place de comités composés de salariés, chefs d'entreprises et élus, pour contrôler l'utilisation des fonds publics dont bénéficient les entreprises.

  • L’organisation de référendum citoyen pour les grandes questions qui concernent la vie des habitants, les questions institutionnelles : Par exemple nous proposons ,avec d’autres, qu’un référendum (une votation) soit organisé conjointement en Loire Atlantique et en Bretagne sur la question du rattachement de la Loire Atlantique à la Bretagne. Sur ce point précis,le débat se poursuit au sein d'Ensemble sur ce que sera sur le fond notre position.

  • La possibilité de donner aux assemblées citoyennes, aux collectifs les moyens d'organiser leur propre expertise et de garantir ainsi la transparence des débats

Enfin, très concrètement, nous proposons une charte rigoureuse des élu-e-s dans laquelle nos élu-e-s s’engagent :

  • A refuser le cumul et ainsi à n’exercer qu’un seul mandat électif et à ne pas dépasser plus de 2 mandats consécutifs au Conseil Régional.

  • A réunir régulièrement les assemblées citoyennes pour rendre compte de leur mandat et co-élaborer des propositions à soumettre à l’assemblée Régionale

  • A veiller à ce que les publications de l’instance régionale soient des supports d’information et d’ouverture de débats et non comme trop souvent actuellement des outils d’autosatisfaction

  • A démissionner si l’assemblée citoyenne ayant porté la liste juge que le (ou les) vote(s) émis sont en contradiction avec le programme présenté pendant la campagne et enclenche une procédure de révocation de l’élu-e.

­Nous soumettrons cette proposition de la charte des élu-e-s aux autres listes.

En rupture avec les professionnels de la politique nos élu-e-s incarneront une autre conception de la représentation élective basée sur les initiatives citoyennes.

e

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau