Le projet de rocade sud de Lannion : La démocratie représentative en panne

Non a la rocade sud de lannionL’ « accessibilité » du Trégor : cela fleure bon les vieilles idées des années 60 quand il fallait désenclaver la Bretagne (plan routier breton).
Une infrastructure seule ne crée pars d’emplois. Les entrepreneurs recherchent de la  main d’œuvre formée, des fiscalités attractives, des services publics de qualité (voir les « nouvelles théories de la croissance »). Une route peut peut-être, faire venir du monde mais aussi faciliter les départs (l’autoroute du Massif Central n’a pas développé l’emploi dans cette région). Elle peut avoir effet de délocaliser de quelques kilomètres les magasins (voir la route Lannion – Perros). : le bilan en terme d’emplois est nul.

Le CNET, véritable développement exogène (décidé de l’extérieur du territoire)  a été créé avec un aéroport certes, mais aussi une route départementale sinueuse.
Le gaspillage d’argent public  de ces projets inutiles est complétement en déphasage par rapport aux politiques d’austérité du gouvernement et parlement socialiste.
Les citoyens ont déjà voté contre ce projet : les anciens maires de Ploulech et Ploubezre en ont fait la triste expérience en grandeur nature. Ils ont été désavoués par leurs électeurs.   
Malgré un petit pas (le fléchage sur les listes), les élus des EPIC (communauté d’agglo ou de communes ne sont pas élus directement par les électeurs du territoire, avec une élection distincte, un programme.
La comm d’agglo est de plus en plus éloignée des citoyens avec sa structure technocratique et centralisée.   
Le débat démocratique est atone. Les élus s’expriment rarement en conseil communautaire, se réfugient derrière de déclarations collectives comme à Lannion ou  discutent en coulisse pour arriver à un consensus mou.
Seuls les élus, qui ont présenté leur avis favorable à la  rocade Sud devant leurs électeurs (leur programme devait être à la fois municipal et communautaire) ont le droit de voter pour cette rocade en conseil communautaire.
Même le président Hollande a promis une loi sur la Démocratie Participative en 2015. Une tactique de plus de la part d’un président, ultra minoritaire dans les sondages, pour essayer de retenir les voix écologistes ou un changement de cap?
Ces projets technocratiques  veulent passer en force. NDD Landes : des blessés ; Sivens : un mort. Que faudra-t-il qu’il arrive à Lannion pour  que l’on abandonne ce projet ?

Michel Blin ( candidat sur la liste "Pour Lannion naturellement" avec Cedric Seureau, élu d'opposition à Lannion)

Le dossier de la Rocade

Lannion rocade rocade sud

Ajouter un commentaire