Dans le mur ! (article Médiapart)

mediapart.jpgLe maire de Carhaix, Christian Troadec a pris la tête de la fronde contre l’écotaxe. En homme se disant de gauche, mais héritier d'une vieille famille productiviste de droite, le voilà côte à côte avec Thierry Merret, le chantre du productivisme à la FDSEA finistérienne. Manque de pot, Ayrault vient d’annoncer la suspension de l’écotaxe. Irrité, le sanglier et ses affidés ont décidé de maintenir coûte que coûte la manif de Quimper. Que ne ferait-il pas pour être dans le journal ? Et jusqu’à quand durera la supercherie du populiste Troadec et l’OPA de ses amis du patronat sur le mécontentement breton ? Hélas ! Plus elle durera, plus le réveil sera dur pour le sous-prolétariat de l’agroalimentaire.

Comme en témoignent les propos, à peine exagérés, de cet aviculteur breton pas si imaginaire que cela.
 « On a 20 000 poulets en intégration, dans le poulailler derrière la maison.  Des fois, ça part en congelé vers l’Afrique, la marge est faible et pourtant, les gars qui font du poulet, là-bas, ils peuvent pas lutter. Manquerait plus que ça ! C’est des noirs, quand même. Paraît que ça va pas durer, les subventions. Bientôt, l’Europe va dire stop. Dans le cochon c’est pas la joie non plus, mais faut reconnaître qu’y en a qui s’en sont foutu plein les poches pendant des années. A l’abattoir, y a des jeunes qui disent que le travail est trop dur et que les filles veulent pas d’un gars d’la viande, alors on a du mal à trouver des ouvriers. A Lampaul, j’ai vu ça à la télé, ils ont pris 400 Roumains sur 900 ouvriers. A Châteauneuf, chez Jeffroy, il paraît que c’est des gars du Nord. A Quintin, y avait même des Vietnamiens ! Je me suis engueulé avec mon fils qu’est instit et un brin écolo, il dit que le chômage, c’est ce qui peut leur arriver de moins pire, aux ouvriers des abattoirs… Remarque… quand tu vois dans quel état… Mais regarde, moi j’sais rien faire d’autre que du poulet, et eux non plus, d’ailleurs, ils ont pas appris autre chose que la viande, de toute façon ça aurait servi à rien vu que y a rien d’autre, dans le coin, quand t’es pas bon à l’école, et quand t’es bon, faut que t’aille bosser ailleurs. Ceux qui tiennent le coup ont l’emprunt sur la maison. Moi je m’en fous, la mienne est finie de payer.
Au syndicat, à la coopérative, au supermarché, à la banque, à l’abattoir, à la mairie, ils nous ont dit de mettre un bonnet rouge sur la tête pour aller au casse-pipe contre l’écotaxe qu’ils veulent pas payer : Allez-y, tous les Bretons sont avec nous ! Vraiment ? Vous êtes sûr ? Les grandes surfaces, ils sont pas de la gueule, quand tu vois comment ils nous ont mis dans la merde… Remarque, les gens sont tellement cons. Moi, écotaxe ou pas, je lui ai dit, hein, au grand chef de la fédé, là ! et je me gêne pas : le virage, ça fait un bout de temps qu’on aurait dû le prendre, maintenant, si on est dans le mur, c’est à cause de vous que c’est ! Ça c’est vrai. Y a pas d’avenir en Bretagne pour le bas de gamme, sinon en tirant sur les salaires et les horaires tant que tant, si bien qu’y’en a qui peuvent pas suivre. Les gens sont pas bosseurs comme dans le temps, non plus. Et puis, c’est chacun pour sa gueule. Alors j’irai peut-être faire le bonnet rouge, pour dire, mais j’irai pas me faire tabasser pour leurs beaux yeux. Non, non non ! Des fois, je me demande s’ils voudraient pas qu’y ait un mort, pour qu’on en parle encore plus, à la télé. De plus en plus, j’ai des idées noires, comme ça. Mais quand tu vois que ceux de Gad ils se font casser la gueule par leurs collègues de Josselin armés par le patron ! Et ceux de Josselin, ils sont assez cons, ceux-là aussi : ils ont pas encore compris qu’eux, ils sont les prochains sur la liste. Mon pauvre père qu’était coco, il doit se retourner dans sa tombe ! Les écolos, alors eux, ils disent qu’un jour l’essence sera trop chère et qu’on pourra plus faire tout en camion. C’est pas demain la veille, quand même ! Mon fils, il dit que ça va arriver plus vite qu’on ne croit... On verra bien. De toute façon, je serai plus là.
Là où on a eu du dur cette semaine, c’est quand Jos est mort. Parti en fumée au crématorium. Zone industrielle de La Beauchée. Débauché. Pour toujours. J’étais abattu. Il travaillait à l'abattoir, c’était mon pote depuis la petite école. Le boulot, la mort pareil, tout est industriel main'nant, même le foot !
Jos, il était pas en retraite depuis trois mois. Moi, c'est dans un an que j'rends mon tablier… Si ça s'arrête pas avant. Va savoir… avec toutes ces boîtes qui ferment.
A l’enterrement, Marcel, son frère, il était comme dingue. Il disait comme ça : « Moi, quand j'vais rendre mon tablier, j'rendrais pas mon couteau… Y a des profiteurs qui nous envoient dans l’mur. Faut qu’y en aie un qui paye. Et tu sais bien à qui je pense, quand j'dis ça; il perd rien pour attendre, çui-là !  Il a eu sa peau. J’aurai la sienne. » Ho ! Ho ! Ho ! On en est pas là, quand même ! Remarque… Enfin, baisé pour baisé, je vais faire pareil que les aut’, aux élections, je vais aller voter Front national, ça leur fera les pieds. Allez ! Faut pas s’laisser aller. Tiens !  Dimanche, je t’invite, on mangera du poulet, mais du bon, on a un petit poulailler au fond du jardin, et là, tu peux me croire, c’est des poulets pour manger, c’est pas des poulets pour vendre. »
 Gérard Alle
Pour information, il faut savoir que les Bretons, contrairement à ce que voudraient faire croire les médias, sont loin d’être unanimes. Le Tégramme annonce ce jour que, je cite : « Une intersyndicale composée de Solidaires, la FSU, la CFTC et la CGT (des pourparlers sont en cours avec la CFDT) a appelé les salariés à ne pas se rendre à la manifestation organisée samedi à Quimper par le collectif pour l'emploi en Bretagne » (dont font partie notamment le syndicat FO et Troadec le maire de Carhaix). « Le Medef, la FNSEA, la grande distribution et des transporteurs ont utilisé la situation de détresse des salariés dans les entreprises pour dévoyer le message initial, ont expliqué ce matin lors d'un point presse Florence Héré et Anne-Véronique Roudaut de la CGT. Le patronat veut un rassemblement contre les taxes, or, pour nous, la solution de l'emploi passe aussi par la fiscalité et on ne peut dédouaner les grands groupes de leurs responsabilités dans la situation actuelle. »
L'intersyndicale appelle à un rassemblement pour l'emploi samedi à 15h place du Champ de foire à Carhaix.

ecotaxe Quimper troadec Carhaix

Ajouter un commentaire