Libérer l’entreprise de la dictature de la finance

 Quel est le point commun entre les files de camions sur les routes, les reventes d’immeubles par France -Télécoms, le manque de vaccins et de masques en France, les stocks - options accordées dirigeants et le succès de Décathlon ?

 

Réponse : la nouvelle période du « capitalisme financier » : les actionnaires ont pris le pouvoir dans les entreprises et imposent de nouvelles stratégies (depuis les années 90).

 

Cet article est à retrouver sous une forme développée dans la rubrique "réflexions", sous le titre "Kapitalisme financiarisé", colonne de gauche du site.

 

Pour atteindre le taux de rentabilité sur les capitaux propres (actions) de 15 % promis aux « Zinzins » (Investisseurs Institutionnels : fonds d’investissement, fonds de pension, assurances, banques)…

 

...il faut réduire le capital immobilisé (à l’actif du bilan), donc :

 

- revendre les immeubles quitte à les louer plus cher pour France- Télécoms

- sous-traiter la production (des médicaments, y compris le « cœur de métier » : la recherche pour Sanofi)

- se concentrer vers l’amont (conception de nouveaux produits) et vers l’aval (points de vente et publicité) de la filière et faire produire « partout dans le monde » pour Décathtlon

- faire circuler les stocks de marchandises sur les camions en «flux tendu » (aucun stock en usine ni en magasin)

- racheter « ses » actions pour offrir aux managers des stock-options et ainsi, les faire adhérer aux objectifs des actionnaires (produire de la « valeur pour l’actionnaire »)

 

En conclusion, si l’actif du bilan fond, le passif du bilan aussi, donc, le taux de rentabilité par action sera élevé.

 

Deuxième caractère du capitalisme actuel : il est « mondialisé »

D’où les stratégies suivantes :

- segmenter le processus de fabrication et choisir de faire produire dans le pays où le « facteur de production » (climat, terre, travail qualifié ou non, capitaux, recherche...) est le moins cher, puis le transporter au bout du monde

- grossir par fusions-acquisitions : pour éliminer ses concurrents et avoir d’emblée un stratégie « globale »

- spécialiser les sites de production pour obtenir des « économies d’échelle »

Michel BLIN 25 avril 2020

capitalisme entreprises finance

Ajouter un commentaire