Marche pour le climat et Lidl

Ensemble 22 appelle à la Marche climat et justice sociale du 12 mars à Langueux et s’oppose à l’implantation de Lidl à Langueux!

 

Après son implantation aux Plaines-Villes à Ploufragan, le géant allemand Lidl veut s’installer à Langueux, malgré le refus de la CDAC (commission départementale d’aménagement commercial) puis à Plaintel (les élus de l’agglo venant de modifier le PLUi dans ce but), il continue sa conquête d’un marché briochin où les grandes surfaces n’en finissent pas de tuer le commerce de proximité.

version plus courte communiquée à la presse:Communique lidl marche climatCommunique lidl marche climat

En 2018, Dieter Schwarz, patron de Lidl, 78 ans était 3e fortune d'Allemagne, avec au moins 22 milliards d'euros selon Handelsblatt (journal économique) en 2018 et 23e fortune de la planète.

La famille Mulliez (Grande distribution :Auchan, Décathlon, Leroy-Merlin, Cultura, Kiabi, Jules, Flunch, Boulanger, Kiloutou…) est milliardaire. L’empreinte carbone de son patrimoine financier est la plus forte du pays. Avec celle de Rodolphe Saadé et sa famille (CMA CGM) dans le transport maritime et celle d’Emmanuel Besnier (Lactalis) dans l’agroalimentaire, elle réalise une empreinte carbone égale à celle de 23,4% des ménages français.

 

Ces grandes surfaces sont le moteur de la société de consommation qui veut réduire l’homme à un consommateur comptable et qui nous conduit au bout du gouffre écologique. Elles en tirent leurs profits et se taillent des parts de marché en rivalisant dans la course aux petits prix.

Les prix cassés fracassent les producteurs, les commerçants locaux et les salaires d’un personnel très féminin soumis au management par la peur.

Le supermarché ravitaillé par camions depuis la centrale d’achat, devient l’interface, le lieu de rencontre entre les produits venus de loin et les consommateurs locaux attirés par les petits prix, rendus captifs par la pub...

Si ces produits sont vendus moins chers chez nous, en permettant de gros profits, c’est que les prix payés aux producteurs lointains sont scandaleusement bas imposant des salaires qui permettent à peine la survie du personnel et des conditions de travail dangereuses (drame prévisible de Rana Plazza qui a fait plus de 1200 morts en 2013). C’est que les longs trajets par conteneurs ne coûtent presque rien en euros dans un monde marchandisé où ne sont pris en compte ni le coût humain, ni le coût écologique. Carburants, porte-conteneurs géants tout est négocié au prix le plus bas possible. Et face aux profits, la vie ne vaudrait que si elle a une valeur marchande.

 

Que des élus locaux acceptent au bout de la chaîne de favoriser ce système est incompréhensible, insupportable. Il contribue au réchauffement climatique : support d’un imaginaire qui lie bonheur et achat, support de l’obsolescence programmée, du gaspillage - 1/3 de la production agricole et de la malbouffe, des longs transports polluants aberrants -les aliments parcourent en moyenne 3 000km avant d’arriver dans notre assiette-, support d’un étalement urbain fondé sur la bagnole et le camion, d’infrastructures logistiques dévorant l’espace…

Ce sont les impôts progressifs sur le revenu et les profits qu’il faut rétablir, en finir avec cette politique d’attractivité qui met les politiques au service des actionnaires.

 

Pour lutter contre le réchauffement climatique, le monde a besoin de solidarité et de respect : respect des hommes et de la nature. Respect de ceux qui travaillent - ici et ailleurs – respect du vivant.
C’est la condition pour que la terre reste habitable pour nos enfants...

Ensemble! 22

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensemble Urgence Climatique Lidl

Ajouter un commentaire