Communiqué de la Cimade 22

cimade.jpgJeudi 31 octobre la juge des référés a enjoint  la préfecture des Côtes d’Armor de loger la famille Longolo de RDC dans une structure adaptée, et ceci dans les 48h. Le soir même le président de la Cimade a faxé le PV d’audience à la DDCS et au 115, tandis que le TA informa la préfecture. Le 03 novembre la Cimade contacte le 115, mais silence radio du côté de la DDCS. Le lundi M. LONGOLO appelle le 115 on leur propose 2 nuits à Loudéac, lieu qui n’est pas habilité pour recevoir des mineurs. Après les deux nuits ?
Les 2 enfants de la famille (10 et 11 ans) sont scolarisés à l’école Hoche de Saint-Brieuc, la préfecture propose donc de déscolariser les enfants et de priver la famille du peu de moyen d’existence vitale.

Pour se rendre à Loudéac et revenir 48h plus tard, il faut se munir de titres de transport, aller retour, bien entendu à leur charge (92 €) ils n’ont aucun revenu.

Cette famille est donc toujours à la rue, malgrès une décision de justice qui leur est favorable.

La préfecture est astreinte à 100€ par jour de retard, mais elle préfère s’acharner sur cette famille qui dort à la rue depuis + de 3 mois.

Si rien ne bouge nous appellerons à un rassemblement samedi après-midi à 15h pour dénoncer des méthodes scandaleuses ou l’Etat méprise sa propre justice.

Le droit d’asile est de plus en plus bafoué sur la région Bretagne.

logement familles référé Rennes sans papiers

Ajouter un commentaire