La réforme de l’assurance chômage : tract d'Ensemble!

La réforme de l’assurance chômage :

un outil contre les chômeurs mais aussi contre les salaires, les conditions d’emploi de toutes et tous

un outil pour continuer la destruction de la protection sociale

 

Macron et Castex y tiennent, elle est jugée « indispensable » et ils en font un enjeu central de la rentrée et de la poursuite de la contre révolution conservatrice macronienne.

Pour cela ils n’hésitent pas à mentir et leurs mensonges sont relayés complaisamment par les grands médias :

premier mensonge : les chômeur.euses sont des profiteurs du système

Il y aurait une amélioration de l’emploi liée à une reprise importante (Lemaire) Pour répondre aux « difficultés de recrutement qui risquent de compromettre la reprise » dont le dysfonctionnement d’une assurance chômage trop favorable est la cause : c’est la rengaine depuis des mois « on ne doit pas gagner plus en alternant emploi et périodes de chômage » C’est faux toutes les études le montrent et viennent contredire ce mensonge de Mme Borne : un seul exemple le développement des contrats courts est pour une part le fait des contrats de remplacement des salariées usées dans les EHPAD.

Deuxième mensonge : on va reconnaître les première deuxième et troisième ligne

dans certains secteurs se développe une « grève des emplois peu gratifiants » : des salarié.es les salariées ont « expérimenté » d’autre chose que ces emplois mal payés avec des horairesimpossibles et refusent de reprendre comme dans le monde d’avant : les journaux TV sont plein des lamentations de pauvres patrons (Hôtellerie-restauration, événementiel ..) qui ne retrouvent pas « leurs » salarié.es. Il suffirait pourtant d’améliorer les conditions de travail, de reconnaissance et de rémunérations de ces travailleur.euses dont une bonne partie était «  en première ligne » Souvenons nous des applaudissement et des promesses d’alors !

Troisième mensonge on va réduire la précarité

C’est le choix de la contrainte vis à vis des précaires qui est fait pour continuer la pression sur tous les salaires en maintenant la concurrence des pauvres et des précaires : ce qui se passe sur l’assurance chômage concerne directement l’ensemble du salariat

Le gouvernement prétend lutter contre la précarité mais réduit considérablement ce qu’il appelle ainsi (les contrats très courts) et encore avec une grande compréhension pour le patronat des secteurs grands utilisateurs de ces contrats : les dispositions contraignantes pour le patronat n’entreront en vigueur que fin 2022 

 

Pourquoi un tel acharnement du gouvernement sur cette réforme ?

 

Le gouvernement fait un « passage en force » en tentant de contourner le Conseil d’Etat.

Et en même temps affirme symboliquement qu’il reste capable de « réformer » dans le sens néolibéral

 

profitant que c’est un maillon faible avec la coupure des chômeur.euses, des précaires, du salariat « en emploi  », le gouvernement fait de la réforme de l’assurance chômage une expérimentation et un premier pas décisif pour eux dans la remise en cause de la protection sociale solidaire. Comme il le fait aujourd’hui pour l’assurance chômage il transformera une protection sociale solidaire qui garantit des droits aux soins et à la retraite en un outil de politique économique voir budgétaire entre les mains du gouvernement .

La récente augmentation du Smic -qui se limite aux dispositions légales sans « coup de pouce »-montre que le choix fait est encore la baisse du coût du travail ; les minima sociaux restent au seuil de misère, les sans papiers.

Le chômage, la précarité et la pauvreté ne sont pas phénomènes marginaux limités à des catégories particulières.Ce sont des outils essentiels entre les mains du Capital pour créer un rapport de forces qui fasse pression sur les salaires les conditions de travail et d’emploi

cerise sur le gâteau : pendant qu’on chasse les chômeur.euses on ne parle pas des inégalités et on entérine un partage des richesses dans la continuité des politiques libérales des 2 ou 3 dernières décennies : les 5% les plus riches ont doublé leurs fortunes en 20 ans pendant que les 20% les moins riches perdaient 30% de celle-ci ?

 

Remettre répartition des richesses et lutte contre les inégalités au centre du débat politique, du débat pour un monde d’après

 

Face au patronat , au gouvernement à la droit et l’extrême droite qui veulent réduire la place du « social » dans le débat politique et exclure la question des inégalités… Ne laissons plus dire et croire tout et son contraire sur le chômage et les chômeur.euses, les précaires et les pauvres discrédités aujourd’hui comme « assistés » (alors que les vrais assistés sont les actionnaires que les plans du gouvernement ont enrichi)

 

Nous appelons toutes les organisations à faire front pour refuser cette réforme et combattre les mensonges et les manœuvres d’un gouvernement qui ne veut pas assumer ses choix d’appauvrir des millions de personnes.

 

Appelons en commun à créer un courant d’opinion qui permette aux chômeur.euses de sortir de leur « invisibilité et que ce soit l’occasion de discuter pour préciser les solutions et les revendications.

 

Imposons un débat public sur d’autres solutions que ce soit des mesures d’urgence avec « pas de revenu en dessous du seuil de pauvreté » un revenu minimum pour toute personne quelque soit son statut (précaire chômeur.euse, salarié.e.s pauvres..faux indépendants exclus des garanties du salariat... pour financer il suffit de faire participe les 5 % qui ont vu une augmentation considérable de leur patrimoine

Il s’agit là d’une mesure d’urgence – provisoire en préparant une sécurité sociale professionnelle : personne hors d’un emploi et des droits au salaire maintenu, et le tout financé par les cotisations sociales augmentées en ponctionnant dans la chaîne de production, les grands groupes qui accumulent des profits, vite transformés en dividendes, stocks-options, intéressement… qui échappent pour l’essentiel aux cotisations sociales et à l’impôt.

Tract chomage 5 10Tract chomage 5 10 (272.42 Ko)

Ensemble chômage

Ajouter un commentaire