Linky: des citoyens interpellent le maire de Saint Brieuc

Suite aux relances d'Enedis pour poser le compteur Linky malgré le refus déjà notifié de ceux-ci, des Briochins demandent à leur maire de s'opposer à ces mesures arbitraires dans un courrier du 2 octobre:

 

 

Monsieur le Maire,

 

Nous attirons votre attention sur l'installation des compteurs Linky, qui se fait sans tenir compte de l'avis des citoyens concernés. Nous avons bien noté dans votre projet votre souci de combiner démocratie, social et écologie. Un souci que nous partageons.

 

Nous recevons pour la nième fois une lettre d'Enedis qui nous informe de sa volonté de nous imposer ce compteur sans tenir compte des refus motivés que nous lui avons déjà adressés .

Notre refus n'est pas de principe, mais fondé sur une réflexion collective et citoyenne.

 

Si cette opération découle d'une transcription quasi automatique dans le droit français d'une directive européenne, elle correspond davantage à l'intérêt des firmes bénéficiaires de cette opération qu'à l'intérêt général, l'Allemagne ne l'appliquant que de façon partielle en raison du mauvais rapport coûts/bénéfices.

 

Nos compteurs fonctionnent très bien et leur remplacement forcé constitue une opération d'obsolescence programmée, contraire à l'objectif affiché d'économie d'énergie. La production et l'installation des compteurs Linky constituent des activités polluantes et introduisent dans les domiciles des ondes, risques potentiels pour notre santé et des mouchards à la recherche d'indicateurs vendables à des sociétés commerciales.

 

En effet, ce compteur devrait nous permettre de moduler/modérer notre consommation d'énergie, . Nous n'en avons besoin ni pour savoir qu'une politique de sobriété est urgente, ni pour mettre en place des mesures d'économie d'énergie dans notre vie quotidienne. Nous souhaitons que les mesures de l'Etat aillent dans ce sens. Il serait plus utile, entre autres, de limiter la publicité qui incite à l'achat d'objets de plus en plus connectés et énergivores. Or, cette installation se fait en même temps que la promotion de la domotique et de la 5 G qui ambitionne de développer les objets connectés, le tout très énergivore.

 

Ces compteurs auront aussi pour effet de réduire la main d'oeuvre qui relève les compteurs actuels en totale incohérence avec les déclarations officielles qui font de la lutte contre le chômage une priorité. Cette pose se fait via des sociétés sous-traitantes et s'accompagne d'accidents.

 

Enedis balaie d'un revers de plume les objections concernant la santé au motif que les ondes émises ne seraient pas plus nocives que celles d'un téléphone portable et inférieures aux normes tolérées. C'est oublier 2 points: d'une part les normes sont favorables aux firmes qui exercent un lobbying efficace dans ce domaine comme par exemple la DJA (dose journalière admissible de polluants dans l'alimentation), d'autre part elles ne tiennent pas compte de l'effet cumul alors que dans le même temps se multiplient les mises sur le marché de produits connectés émetteurs d'ondes. Enfin malgré la multiplication des normes, les maladies environnementales explosent.

 

En outre Enedis nous promet  « "Vous n'avez rien à payer ni maintenant, ni plus tard" Or, les magistrats de la Cour des Comptes se sont notamment intéressés aux conditions de financement du dispositif [Linky], particulièrement avantageuses pour le distributeur Enedis (ex-ERDF)... et coûteuses pour les consommateurs...en 2018. « Certes, l’installation de ce compteur, d’un coût unitaire évalué à environ 130 euros, n’est pas facturée aux ménages. Mais c’est bien à l’usager qu’il reviendra, au final, de financer le dispositif… simplement, cela ne se fera pas immédiatement. Sauf que l’opération a tout de même un coût pour les ménages ». “Ce différé constitue (...) une avance faite par Enedis, remboursée par les consommateurs à partir de 2021. Le taux d’intérêt de cette avance est de 4,6%”, explique la Cour. Or Enedis a pu financer cette avance à des conditions bien plus intéressantes. Au final, d’après les calculs des magistrats, l’opération représenterait “une marge de 2,8%” pour Enedis, “correspondant à un surcoût pour les usagers de 506 millions d’euros (...) sur la période 2014-2031”.

 

Des municipalités se sont opposées à ce remplacement coûteux et polluant

France info Publié le 21/03/2019 à 18h20 • Mis à jour le 11/06/2020 à 13h15

« Selon le site refus Linky, 879 communes ont décidé de ne pas rendre obligatoire le changement de compteur pour leurs administrés. Car les compteurs électriques appartiennent aux communes, qui en délèguent la gestion à Enedis. Seule la justice peut annuler une décision municipale de ne pas imposer cette installation à ses administrés. Après Blagnac, en Haute-Garonne, il y a quelques mois, la justice a également donné raison au mois de janvier à la commune de Romilly-sur-Andelle dans l'Eure. Enedis avait déposé une requête devant le tribunal administratif de Rouen contre une délibération municipale qui visait à laisser le choix aux habitants d'installer ou non le compteur Linky. Une requête rejetée. Enedis a également été condamné à verser 1000 euros à la commune. Une première en Normandie, qui pourrait donner des idées à d'autres. » 

 

Nous vous demandons de rejoindre ces communes dans leur opposition à une mesure arbitraire, dangereuse pour la santé et éloignée de l'intérêt général. Ce serait une mesure forte, témoin d'une détermination à mettre en œuvre les engagements pris pendant votre campagne.

 

Salutations citoyennes,

Merci de votre réponse.

 

 

Linky Saint-Brieuc

Ajouter un commentaire