Le 23 novembre pour un avenir dans le Trégor et la Bretagne

200px-logo-frontdegauche.jpgLes libéraux de toutes obédiences, de certaines composantes du PS à Troadec et ses « bonnets rouges »,  en passant par les patrons sans morale,l'UMP autres droites, la grande distribution et les exaltés du productivisme dans la FNSEA, essaient de surfer sur le légitime mécontentement qui s'exprime chez les salariés, les agriculteurs et de nombreuses couches de la population en Bretagne pour imposer un régime ultra-libéral à la région.
Face à cette offensive le mouvement syndical rappelle que les intérêts des salariés et de la population ne sont pas dans une déréglementation et un libéralisme à tout crin.

Le Front de Gauche du Trégor se félicite de l'appel intersyndical CGT, CFDT, Solidaires, CFTC, FSU, Unsa et CFE-CGC  qui entendent «prendre leurs responsabilités» par «la démarche unitaire d’une action syndicale forte de propositions constructives pour l’avenir des salariés et de l’emploi en Bretagne».  Il considère avec satisfaction la clarification supplémentaire que constitue le refus des fédérations FO des départements bretons à manifester avec les « bonnets rouges » à Carhaix, et de voir la Bretagne devenir une terre de déréglementation sociale et administrative.
Le Trégor est aussi touché par la crise agroalimentaire bretonne et celle de l'industrie, actuellement visible de manière aiguë chez Alcatel, mais aussi par l'ensemble des déréglementations libérales imposées dans le cadre européen et acceptée par les gouvernements de droite et le gouvernement  actuel, en particulier pour ses productions et par le dumping sur le travail par le biais des entreprises d'intérim. Dans le même temps les salariés des services publics souffrent de l'austérité et des difficultés à remplir leurs missions comme en témoignent les mouvements récents dans l'éducation,  à l'hôpital de Lannion, chez les pompiers.
Nous appuyons la démarche syndicale de revendication d'un volet social au « pacte d'avenir » et la volonté qu'ils expriment d'un contrôle des salariés sur l'utilisation des moyens débloqués. Comme le mouvement syndical nous pensons qu'une réponse conjoncturelle est insuffisante pour résoudre une crise structurelle.
L'avenir de tous dépend de l'activité en Bretagne et de la qualité des services mais aussi  du contrôle citoyen sur cette activité et les services publics.
Le Front de Gauche du Trégor appelle l'ensemble de la population a manifester sa solidarité avec les salariés le 23 samedi novembre à 10 h 30, place de la Liberté à Saint Brieuc.
 
Le Front de Gauche Trégor et ses composantes Parti Communiste Français, Gauche Unitaire, Parti de Gauche et Fédération  Alternative  Sociale Écologique (FASE).  


Front de Gauche bonnets rouges

Ajouter un commentaire