Valls et Hollande, droits dans leurs bottes espèrent que les syndicats rentreront dans le rang

fsc.jpgPour ce qui concerne la CGT, c'est incontestablement l'ampleur de l'interpellation de la direction par de nombreux militants et de nombreuses structures qui a conduit au boycott de la seconde journée de la conférence sociale.
Globalement, ce sont les militants de la CGT, de FO et de la FSU qui ont infligé un camouflet au pouvoir et porté un coup aux entreprises fumeuses de collaboration de classe.
Qu'ils en soient félicités !

Et c'est la CFDT qui se trouve isolée et désavouée en apparaissant plus que jamais comme le syndicat des reculs sociaux et la courroie de transmission du pouvoir.
Ils accusent le coup.
Avec l'aide des médias aux ordres ils tentent de masquer le revers que la politique de "dialogue social" vient de subir.
 Les raisons qui ont conduit au boycott demeurent.
En accord avec les injonctions de l’UE qui gère au niveau européen les intérêts patronaux, Valls et le gouvernement socialiste entendent poursuivre et aggraver leur politique contre les travailleurs.

  • contre les cheminots, les intermittents, la SNCM
  • contre la sécurité sociale
  • contre les retraités et leur pouvoir d'achat
  • contre les services publics amputés de moyens
  • contre les salariés livrés au chantage de la compétitivité, le bradage industriel se poursuivant
  • contre une jeunesse précarisée…

 Le gouvernement socialiste, la droite et le patronat espèrent que ce coup de semonce passé, tout va rentrer dans l’ordre et que les directions de la CGT, de FO et de la FSU vont reprendre le "dialogue social".

Aux militants et aux organisations de prolonger avec force cet acte de résistance et ce signal envoyé au monde du travail  et de préparer la confrontation sociale pour bloquer la politique de ce pouvoir au service exclusif des nantis et du patronat !

Le Front Syndical de Classe

9 juillet 2014

Ajouter un commentaire