« L’irréalisme, c’est eux ! » dixit Frédéric Lordon

fakir.pngAujourd’hui sort notre livre « Vive la banqueroute ! », ou comment la France a réglé ses dettes, de Philippe le Bel au général de Gaulle. Retrouvez ci-dessous en vidéo notre entretien avec l’économiste Frédéric Lordon, qui constitue la postface du bouquin.
François Ruffin : Quand on écoute la radio, la télé, on entend en permanence qu’ « il n’y pas d’alternative au désendettement de l’État », qu’il n’y a qu’un seul remède c’est l’austérité. Donc nous, on a regardé dans notre histoire de France, et on a repéré plein d’autres solutions : des « taxes sur les aysés », la confiscation, la dévaluation, l’inflation…

Et surtout, une mesure qui revient régulièrement : la banqueroute. Alors, on le précise tout de suite : cette banqueroute est toujours partielle, sur un type d’actifs, auprès d’un genre de créanciers, à hauteur d’un certain pourcentage. Ce n’est pas l’État qui ferait faillite, purement et simplement.
Est-ce que cette pratique, la banqueroute, te paraît appartenir au passé, à ranger dans un musée, ou est-ce que ça demeure une piste pertinente ?

La réponse de Frédéric Lordon en vidéo :

Précipitez-vous chez votre libraire préféré ou commandez le bouquin ici. ou contactez moi :la sur St-Brieuc

Voir en ligne : « L’irréalisme, c’est eux ! », entretien avec Frédéric Lordon

Vive la banqueroute Lordon Frederic Lordon Fakir

Ajouter un commentaire