rassemblement de soutien à Pascal GERSTCH

Jeudi 28 janvier à 15h, Pascal GERSTCH, membre du Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’ouest, souffrant d’hypersensibilité aux produits chimiques multiples (ou MCS), se présentera au Tribunal Judiciaire à ST BRIEUC pour demander que sa maladie (hors-tableau) soit reconnue comme maladie professionnelle.

Il sera défendu par Me BARON.

Pascal a aujourd’hui 61 ans ; il a exercé divers métiers, en particulier il a travaillé dans une casse automobile près de ST BRIEUC de 1989 à 2002 ; il a commencé de souffrir de multiples problèmes corporels, fatigue, violentes migraines...

Depuis, sa vie se résume à un long enfermement dans sa maison, ne pouvant supporter l’environnement extérieur.

Reconnu comme travailleur handicapé, il a été licencié, a épuisé ses droits au chômage et est aujourd’hui sans revenu.

Ce n’est qu’en novembre 2016 que le centre de pathologies professionnelles de BREST diagnostique sa maladie, au seuil maximum, due à l’essence et indique « qu’une démarche de reconnaissance en maladie professionnelle est tout à fait légitime. »

Mais depuis 2015, les démarches auprès de la CPAM de ST BRIEUC sont un parcours inhumain du combattant :

Celle-ci lui refuse d’abord toute pension d’invalidité, puis la reconnaissance en maladie professionnelle.

En tant qu’association de défense, nous soutenons les victimes des molécules chimiques, quelles qu’elles  soient, et Pascal mérite notre respect et notre soutien devant tant de souffrances infligées par un organisme de Sécurité Sociale, sourd à la souffrance d’un ouvrier qu’elle croit isolé.

 

Un rassemblement de soutien est organisé à partir de 14h45 :

devant le Tribunal Judiciaire,

2 boulevard Sévigné à ST BRIEUC.

Il se déroulera en respectant les mesures barrières et la distanciation physique ; le port du masque est obligatoire.

A l'appel du Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’ouest

Pesticides Saint-Brieuc rassemblements

devant le tribunal judiciaire 2, boulevard Sévigné, Saint Brieuc

Ajouter un commentaire