non au passe sanitaire et aux lois liberticides et antisociales

Mob 0210Crise sanitaire, réponse autoritaire : et si on changeait de disque ?
Le Collectif Citoyen pour le retrait du passe sanitaire, appelle à se retrouver pour un
pique-nique débat, dans la cour du musée de Saint-Brieuc, samedi 2 octobre à 12h30.


Fin juillet, Olivier Véran assurait devant l’Assemblée que « le passe sanitaire ne saurait être prolongé au-delà de la date du 15 novembre ». Deux mois plus tard le gouvernement annonce pourtant, comme si de rien n’était, que le temporaire va durer au-delà de cette date. Les sombres nouvelles venant souvent en cortège, la prolongation du passe autoritaire s’accompagnera probablement du prolongement d’une autre mesure liberticide, l’état d’urgence sanitaire. Le mensonge est devenu un outil de gestion de la crise sanitaire au même titre que l’autoritarisme.

Cette banalisation de l’état d’exception, du contrôle des masses et de la répression avait commencé bien avant l’arrivée du Covid 19. Quelques exemples récents : État d’urgence (post attentats) puis transposition de la plupart des mesures dans le droit commun, loi sécurité globale, loi sur le séparatisme, loi sur le renseignement, répression brutale des mouvements sociaux, violences répétées contre les habitant.e.s des quartiers populaires, pandémie de racisme dans la police et l’armée... Depuis des années, l’autoritarisme s’installe et trouve toujours de bons prétextes pour s’inviter à la table de la démocratie. Hier c’était le terrorisme, aujourd’hui le virus.
Or, depuis le début de la pandémie, il est difficile de croire que la santé de la population soit la priorité du gouvernement. Sinon pourquoi rendre payant les tests PCR, pourquoi continuer à fermer des lits d’hôpitaux, pourquoi (comme le prévoit le projet de loi de finances 2022) augmenter le budget de l’armée et de l’intérieur et baisser les dépenses de santé ? Aujourd’hui comme hier, la feuille de route du gouvernement peut se résumer ainsi : préserver le capital et ses profits, « quoi qu’il en coûte ».

Une véritable politique sanitaire est pourtant possible : investissements dans les services de santé, levée des brevets sur les vaccins, transparence plutôt que cafouillages et mensonges qui alimentent le complotisme et renforcent l’extrême-droite... les leviers à actionner existent.

Retrouvons-nous chaque samedi pour défendre une vraie politique de santé et combattre l’inquiétante dérive autoritaire de l’État, et rejoignons la grève du 5 octobre contre la dégradation des droits sociaux, les contre-réformes sur l'assurance chômage et les retraites.


Appel soutenu par : Solidaires22, Ensemble22, La France Insoumise22, ATTAC22
 

Saint-Brieuc rassemblements pass sanitaire

cour du musée Saint Brieuc

Ajouter un commentaire